sebastienrassephotographie-442

Témoignage : Une simulation parlementaire, un voyage extraordinaire !

Conseil Administration Actualité

Oyé oyé braves gens ou joyeux étudiants, avez-vous déjà entendu parler de la Péjigonie ? Ce pays fictif situé en plein cœur du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, aussi connue sous le nom de Communauté Française pour les puristes. Cette nation imaginaire a pour vocation de compiler plusieurs vertus dont les principales sont la tolérance, l’altruisme et l’ouverture aux autres peu importe leurs convictions et leurs croyances. Les plus cyniques d’entre vous m’interrompront en disant que je fais l’éloge d’un monde de bisounours. Et bien voyez-vous ce n’est pas tout à fait faux comme disait Karadoc mais pas tout à fait véridique non plus, la vérité se situant toujours au milieu du chemin. Laissez-moi éclairer votre lanterne sur cette expérience riche en couleurs et unique à plus d’un titre.

La simulation parlementaire du Parlement Jeunesse de la FWB fête cette année sa 21e édition. Elle se déroulera du 27 février au 3 mars 2017, lors des vacances de Carnaval, et est ouverte aux jeunes de 17 à 26 ans. Les frais de participation s’élèvent à 60 euros tout compris (logement et nourriture), une véritable pension complète. Le recrutement se termine le dimanche 20 novembre ! Pour postuler, rien de plus simple, il suffit de se rendre sur le site www.parlementjeunesse.be, de cliquer sur l’onglet « participer » et de nous rédiger une belle lettre originale transpirant la motivation. La sélection étant anonyme, chacun part sur le même pied d’égalité, avec nous pas de copinage politique ! Voici pour les informations pratiques. Mais que se cache-t-il vraiment derrière ces mots ? Un trésor digne du capitaine Jack Sparrow ? N’en déplaise aux chercheurs d’or, la réponse sera tout autre. Il s’agit plus simplement d’une expérience citoyenne indescriptible couplée à une aventure humaine particulièrement intense. Vous n’en avez pas encore conscience mais cette semaine changera votre vie car l’enrichissement emmagasiné ne pourra être quantifié.

Durant une semaine complète, vous découvrirez l’envers du décor parlementaire avec les débats en hémicycle, les réunions de commission statuant sur le décret, les chambres d’amendement pour finir en feu d’artifice avec le vote final sur les différents projets de loi proposés ! Nous traiterons cette année de plusieurs sujets en lien avec l’actualité.

Qui en effet n’a jamais rêvé d’un bouleversement total de l’échiquier politique digne d’une tornade afin de pouvoir assister à l’émergence non pas du populisme mais bien d’un nouveau système dominé par l’intérêt collectif ? Ne vous êtes-vous jamais dit que la politique devrait être un engagement citoyen et non un métier ou encore une dynastie? Notre premier décret promouvra le renouvellement nécessaire des institutions démocratiques en lien avec la dissolution des partis et une participation accrue de la population au processus législatif.

Le deuxième proposera une réforme du statut des artistes car ces derniers ont une place primordiale dans la société. La culture, trop souvent la grande oubliée et le parent pauvre de nos élus, est avec l’éducation un outil indispensable au fonctionnement harmonieux de nos démocraties. L’expression artistique a cette particularité de pouvoir rassembler les êtres humains du monde entier et de véritablement donner un sens au mot humanité. Les tragiques événements de cette année nous l’ont constamment rappelé.

La « crise » migratoire est également l’un des sujets brûlants du moment or nous proposerons un projet de loi créant un parcours d’intégration pour les primo-arrivants avec des droits et des devoirs. La problématique des réfugiés y sera également abordée, notre objectif étant de suggérer une totale refonte de la politique d’asile.

Vous souvenez-vous des multiples grèves à répétition dans les prisons en 2016 ? Le dernier décret proposera une refonte du système carcéral prenant mieux en compte les attentes des acteurs de terrain. Il présentera également de nouvelles pistes afin d’aider à la réinsertion des détenus, de lutter contre la récidive et d’augmenter la lisibilité des décisions de justice en rétablissant la perpétuité réelle.

Alors enfilez vos plus beaux habits et glissez-vous dans la peau d’un député, journaliste écrit ou présentateur de JT, photographe, caricaturiste ou caméraman afin de vivre de manière totalement immergée ce processus législatif sous un angle ludique. Au menu : des journées aussi remplies que les soirées, une adrénaline incroyable et de l’émotion à en faire pâlir les amoureux du Titanic. Lorsque la philosophie de comptoir rencontre la réalité du terrain, cela donne un cocktail détonnant. Chaque Péjigonien peut en témoigner, une fois la semaine passée, vous serez en manque de débats, de rencontres chaleureuses et intellectuellement stimulantes.

Notre simulation possède deux richesses indéniables : la première étant son côté apolitique. Chez nous, pas de président de parti qui vous tapera sur les doigts pour ne pas avoir suivi les consignes de vote. L’absence de partis joue évidemment un rôle considérable dans l’esprit des débats, chacun se voulant constructif afin de faire avancer les choses. Ici pas de posture d’opposition critique à outrance ou de majorité sourde aux idées n’émanant pas d’elles-mêmes. Chacun donne son avis en âme et conscience dans le respect et l’écoute de l’autre. En Péjigonie point de tablettes ou d’ordinateurs présents en réunion, point de smartphone ou de coups de téléphone permis lors d’une intervention, point de déplacements intempestifs ou de papote démesurée entre collègues, le respect prime avant tout. L’important n’est pas d’adhérer aux idées de l’autre mais bien de l’écouter et de réfléchir par rapport à ses arguments. La seconde a trait aux nombreuses délégations étrangères venant enrichir l’oralité de nos débats de par leur vécu diffèrent du nôtre. Nous recevons ainsi des personnes du Jura en Suisse, d’Afrique du Nord, du Sénégal et de Louisiane.

Que vous soyez étudiant, jeune travailleur ou en recherche d’emploi, n’hésitez pas à postuler car nous sommes en quête de profils variés ! Venez débattre en notre compagnie et prenez-vous au jeu car avec nous le sort est toujours favorable ! Surprenez-vous lors de vos prises de parole en défendant ou combattant à corps et à cris, becs et ongles, les différents décrets. Pas besoin d’éloquence pour s’exprimer, juste de la sincérité. Ni de connaissance en droit ou en politique pour participer, seul compte votre personnalité. Vos interventions provoqueront parfois des rires, ou des désapprobations voire encore des acclamations. Il s’agit aussi d’un excellent exercice oral délicat à maitriser car le temps de parole est limité à deux-trois minutes par intervention.

Si vous aussi vous refusez l’idée que « jeunesse » rime avec « désenchantement » mais soit plutôt associée à l’espérance, alors embarquez avec nous pour une traversée endiablée, véritable ode à l’humanité. Au sein d’un monde semblant trop souvent partir en dérive sans canot de sauvetage, devenez le phare non pas d’Alexandrie mais de la Péjigonie ! Car l’avenir n’est pas effrayant, il peut être excitant. De plus, pour une fois qu’on vous encourage à simuler, ne vous faites pas prier. En conclusion, prouvez-nous que la jeunesse a le goût de l’aventure ! La société de demain a plus que jamais besoin de véritables citoyens alors prenez votre bâton de pèlerin direction le chemin péjigonien !

 

Romuald La Morté, 24 ans, La Louvière, membre de l’ASBL Parlement Jeunesse.